Michel Moret éditeur: « Mets ton visage près de la lampe que je te voie une dernière fois. » Ainsi, tel un conte de fée, débute ce livre. Le propos émane de la bouche de Catherine, âgée de nonante-cinq ans, et il est adressé au narrateur qui n’est autre que le comédien Jean Winiger, jeune homme de soixante-sept ans. Catherine, c’'est cette petite Singinoise qui avec ses yeux a fait chavirer le cœoeur de ses nombreux soupirants. Ses yeux sont fatigués d’'avoir tant admiré, contemplé et peut-être pleuré. Il n’'y a pas d’'amour heureux dit le poète ! Pourtant, le coeur de Catherine est frais comme un matin de printemps car le don d'’aimer le renouvelle sans cesse.

Le temps est venu pour la belle nonagénaire de se pencher sur son passé et d’évoquer les moments forts de sa vie à Jean Winiger, son complice et son nouvel amour. Au fil des pages, l’'histoire de Catherine devient aussi l’'histoire de Jean. La grâce d’'aimer réunit ces deux destins dans une atmosphère de douceur qui sans doute émerveillera les lecteurs.

Hermann Bürgy : « Comment des entretiens autour d’'une histoire de vie deviennent au fil du temps une histoire d’'amour peu ordinaire. »

Christine Gonzales Vertigo, La Première : 'Un roman passionnant'

Powered by